Non classé

Prière du Vendredi 13 Novembre 2020

''Seigneur, donne-moi un cœur qui t''écoute !''
(1 Rois 3 v9)

Silence  

''Seigneur, entends ma prière ; dans ta justice écoute mes appels, dans ta fidélité réponds-moi. Le souffle en moi s'épuise, mon cœur au fond de moi s'épouvante. Je me souviens des jours d'autrefois, je me redis toutes tes actions, sur l’œuvre de tes mains je médite. Je tends les mains vers toi, me voici devant toi comme une terre assoiffée. Fais que j'entende au matin ton amour, car je compte sur toi. Montre-moi le chemin que je dois prendre : vers toi, j'élève mon âme ! ''
(Psaume 143)

Lecture :

''Vous avez été rachetés par le sang précieux, comme d'un agneau sans défaut et sans tache, celui du Christ, prédestiné avant la fondation du monde et manifesté à la fin des temps à cause de vous. Par lui vous croyez en Dieu qui l'a ressuscité des morts et lui a donné la gloire, de telle sorte que votre foi et votre espérance reposent sur Dieu. ''
(1 Pierre 1 v 19-21)

Silence

Méditation :

Nous sommes prédestinés par le Prédestiné ! Le Fils est
l’expression de l’amour de Dieu, tourné vers chacun de
nous, de toute éternité. Cet amour s’est manifesté dans le
sang, c’est-à-dire dans le don absolu, le don de la vie, le
don de lui-même à la croix, à la fin des temps, parce qu’il
n’y a rien à lui ajouter.
Le visage du Seigneur est celui de l’Agneau, de la douceur
et de l’innocence, mais aussi du sacrifice et de la victime.
Comment oserions-nous encore accuser Dieu ?
Il ne prend pas plaisir à la mort (Ez 18,32) de quiconque.
Au cœur de nos détresses, le sang de l’Agneau reste
porteur de vie. Beaucoup, angoissés, malades, s’écrient :
le souffle en moi s’épuise… Mais notre foi, en découvrant
l’horizon, rend fermes les genoux chancelants (Es 35,3) :
Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est en son
Fils (1Jn 5,11). 

              (F. Caudwell)

Prière :

À qui irions-nous, Seigneur ?
Toi seul as les paroles de la vie éternelle,
toi seul peux nous secourir dans nos peines et nos
inquiétudes,
toi seul peux nous préserver de tout mal,
toi seul peux nous bénir et nous sauver.
À qui irions-nous pour trouver la paix,
cette paix après laquelle nos cœurs soupirent
et que le monde ne peut pas donner ?
Seigneur, notre Dieu ! Ta patience ne se lasse pas ;
tu nous appelles encore,
tu ne réclames que notre cœur et notre amour.
Puissions-nous chercher en toi notre espérance
et en Jésus le salut et la paix !
Seigneur, dirige-nous,
éclaire-nous par ton Saint-Esprit,
soutiens-nous sur le chemin de la vie :
donne-nous du courage, de la patience,
de la douceur.
Élève à toi nos cœurs et nos esprits,
pour te chercher, t’appeler, te trouver…
Et alors, Père céleste, nous vivrons en toi,
nous connaîtrons que nous sommes passés
des ténèbres à la lumière,
en Jésus, ton Fils, l’Agneau vainqueur. Amen.

Prières libres

Hymne :

Comme en un bois épais et sous un noir ombrage
Le soleil tout à coup lance un rayon brillant,
Ainsi l’Esprit de Dieu perce l’obscur nuage
Dont un doute entourait le cœur de son enfant.
O chrétien voyageur, ne crains pas la tempête,
Ne crains pas du midi les pesantes ardeurs ;
Ne vois-tu pas Jésus qui dès longtemps apprête
Ce refuge où vers Lui vont cesser tes langueurs1 ?
Non, dans les sombres jours de ta marche pénible,
Jamais, ô racheté, tu n’es seul ici-bas ;
Ton berger, ton Sauveur, se tient, quoique invisible,
Sans cesse à tes côtés et veille sur tes pas. 

               (C. Malan)

Silence

1 Épuisements, affaiblissements, fatigue

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *